Aulnay-de-Saintonge

Complices



Au lit du lion j’ai mon pacte

je me baigne dans le miel

rêvant des trois cents renards

et des champs qu’ils incendiaient


Je ne dors pas je suis l’offre

et j’écris cette écriture

où manquaient les derniers mots

je tends les mains aux complices

mes cheveux à la cisaille

mon sommeil à la légende

j’invente les deux colonnes

où m’arracher me distendre


À mes reins à mes épaules

aux genoux de marbre et fer

aux mollets nuque au bas-ventre

m’arrive une force amère


Vite aux liens à mes colonnes

que je montre aux deux traîtrises

les muscles du désespoir

et la grandeur du massacre



alain gaubert

Accueil AIOL          Page de titre         Introduction          Page précédente          Page suivante         Vers Navigateur         Autres textes